Forum de la Khâgne Ulm de Lakanal (2006-2007)

Vivez heureux, soyez khâgneux!
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Sur la toile cinématographique...

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 5, 6, 7 ... 11, 12, 13  Suivant
AuteurMessage
pimousse
khâgneuse inconsciente
avatar

Féminin
Nombre de messages : 499
Age : 31
Emploi : ministre de l'éducation
Loisirs : la patisserie et les pépins de melon...
Date d'inscription : 16/11/2006

MessageSujet: Re: Sur la toile cinématographique...   Jeu 19 Juil - 14:00

Tiens,hier soir,j'ai vu Hot Fuzz,c'est sympatoche et rigolo dans le genre parodie de film policier:plein d'action,pleins de méchants,un gentil super fort,des répliques qui tuent...
Il est intéressant d'un point de vue anthropologique d'aller le voir avec une bande de mecs...afin de se rendre compte à quel point leur rire est aussi gras que celui de l'acteur...What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
°o.OTancrediO.o°
Meilleure posteuse!
Meilleure posteuse!
avatar

Féminin
Nombre de messages : 840
Age : 31
Localisation : L'infirmerie
Emploi : Ministre de la Santé
Date d'inscription : 01/12/2006

MessageSujet: Re: Sur la toile cinématographique...   Jeu 19 Juil - 15:10

Ah oui Hot Fuzz ça me tentait bien ^^

Je suis pas sûre d'avoir une bande de mecs sous la main par contre...va falloir que je recrute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Théo
Grand Architecte de l'Univers
avatar

Masculin
Nombre de messages : 609
Age : 31
Localisation : Derrière un renard.
Emploi : garde mobile.
Date d'inscription : 11/11/2006

MessageSujet: Re: Sur la toile cinématographique...   Sam 21 Juil - 16:17

hum?

_________________
"A pair of sleepy red mooses"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://khagneulm.forumzen.com
jurky-horka
Eliot Panpan
avatar

Féminin
Nombre de messages : 591
Age : 31
Date d'inscription : 16/11/2006

MessageSujet: Re: Sur la toile cinématographique...   Sam 21 Juil - 18:51

Elle a dit "bande de mecs"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jurky-horka
Eliot Panpan
avatar

Féminin
Nombre de messages : 591
Age : 31
Date d'inscription : 16/11/2006

MessageSujet: Re: Sur la toile cinématographique...   Mer 22 Aoû - 11:39

Alors alors alors j'ai vu n'hier, le deuxième volet du dyptique "Film Grindhouse" qui vient compléter le Boulevard de la mort de notre cher Tarantino, le dénommé Planète Terreur de Rodriguez (Télérama nous dit qu'il s'agit d'un complice du premier)
Alors alors alors, plus dégueu tu meurs: putréfaction, pus, castration, amputation, sang, sang, sang (pas fluide, mais visqueux, comme une morve rouge), anthropophagie, et les empiternels éclatages de gueule à coups de ce qu'on peut trouver et armes à feu, cela va de soi...bref du berk en concentré. Pire que Tarantino! (bcp esthétique, c'est pas difficile de le dire) Et oui, ça existe.
Alors alors alors, l'histoire? En somme (et j'ai pas tout compris, hein, ya même un moment ils parlent de Ben Laden -mais d'où y sort celui-là??? J'ai compris: Boris Vian, sors de ce corps!) des zombis au corps gangréné (vive les énormes boutons, la peau visqueuse et jaune, les ... ah, vous verrez bien !) s'attaquent à une pauvre ville (et même à des pauvres gens, héhé Rose Mc Gowan, l'ex-soeur Halliwell dans Charmed, en fait partie)
Le film défile: pas de dialogue chiant, pas de longueur, du divertissemet pur ! Youpi vivent les films Grindhouse d'aujourd'hui !
Ps : super bande annonce pour MACHETE au bédu (du suspense, de l'émotion... etc zallez le voir de toute manière..) Rions gras !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pimousse
khâgneuse inconsciente
avatar

Féminin
Nombre de messages : 499
Age : 31
Emploi : ministre de l'éducation
Loisirs : la patisserie et les pépins de melon...
Date d'inscription : 16/11/2006

MessageSujet: Re: Sur la toile cinématographique...   Sam 1 Sep - 21:33

Heuuuuuuuu,j'hésite,j'hésite....What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jurky-horka
Eliot Panpan
avatar

Féminin
Nombre de messages : 591
Age : 31
Date d'inscription : 16/11/2006

MessageSujet: Re: Sur la toile cinématographique...   Lun 17 Sep - 10:38

Olalalala, grave erreur de ne pas encore en avoir parlé... Vite, vite, allez voir SICKO de Moore. Le meilleur, le premier avant tous les autres.
Franchement, j'ai vu un film sur la misère du monde.
Et pis, ça ferait du bien à Pomme et Chapelière de voir ça. Qui ne dépensent pas 160 dollars pour un malheureux inhalateur.

ABSOLUMENT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La chapelière folle
khâgneux(se) bavard(e)
avatar

Féminin
Nombre de messages : 756
Age : 31
Localisation : sous mon chapeau !
Emploi : pottermaniac. . .
Loisirs : truelle !
Date d'inscription : 13/11/2006

MessageSujet: Re: Sur la toile cinématographique...   Lun 17 Sep - 21:44

peut être que ça va nous guérir illico . . .
en tout cas moi ça me dit bien, et il faut profiter de la rentrée du cinéma (qui ne fonctionne pas partout d'ailleurs).

sinon j'ai vu les amours d'Astrée et Céladon de Rohmer et j'ai bien rigolé ^^ : c'est volontairement précieux et bucolique à la limite du grotesque (en particulier les vers que ce poète de berger imberbe grave dans un arbre à sa douce; en plus d'être lettré, beau, et fidèle, Céladon est artisan menuisier Cool si c'est pas beau tout ça !!)
Bref en fait c'est exactement comme j'imaginais le bouquin d'honoré d'Urfé ( ce nom mes amis, ce nom !): artificiel, champêtre et précieux.
Bon cela dit on peut se passer de le voir, mais je pense que c'est plus distrayant et que ça va plus vite que de lire l'Astrée oeuvre majeur du XVII (notamment parce qu'elle fait plus de 5000) et que personne n'a jamais lu en entier ^_^"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pimousse
khâgneuse inconsciente
avatar

Féminin
Nombre de messages : 499
Age : 31
Emploi : ministre de l'éducation
Loisirs : la patisserie et les pépins de melon...
Date d'inscription : 16/11/2006

MessageSujet: Re: Sur la toile cinématographique...   Mar 18 Sep - 0:31

Heuu,moi,je me passerais bien du film autant que du bouquin...Tandis que pour Sicko,Charlotte proposait qu'on le voit ensemble cette semaine,ça vous tente? What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
><O>
khâgneux(se) bavard(e)
avatar

Féminin
Nombre de messages : 624
Age : 32
Localisation : Dans la piscine municipale
Loisirs : Les longueurs
Date d'inscription : 12/11/2006

MessageSujet: Re: Sur la toile cinématographique...   Mar 18 Sep - 8:18

Moi je peux que vous conseillez d'aller le voir ; je l'ai déjà vu. Mais si vous décidez d'aller faire un piano-vache juste après (à plus forte raison si c'est le samedi ou, encore mieux, le dimanche soir), je rappliquerai par la suite What a Face !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jurky-horka
Eliot Panpan
avatar

Féminin
Nombre de messages : 591
Age : 31
Date d'inscription : 16/11/2006

MessageSujet: Re: Sur la toile cinématographique...   Mar 18 Sep - 14:24

C'est fou que vous n'ayez pas encore réagi sur ce film ! Moi, je n'en dors plus. Je ne parle plus que de cela. Merde, c'est terrrrriblement engageant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
><O>
khâgneux(se) bavard(e)
avatar

Féminin
Nombre de messages : 624
Age : 32
Localisation : Dans la piscine municipale
Loisirs : Les longueurs
Date d'inscription : 12/11/2006

MessageSujet: Re: Sur la toile cinématographique...   Mar 18 Sep - 16:55

Ba ça fait déjà plus d'une semaine que je l'ai vu. C'est vrai qu'aujourd'hui encore je me dis qu'heureusement qu'on est assis dans une salle de cinéma.
Pourquoi je n'en ai pas parlé sur le forum, c'est en effet une bonne question. Heureusement que tu étais là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pimousse
khâgneuse inconsciente
avatar

Féminin
Nombre de messages : 499
Age : 31
Emploi : ministre de l'éducation
Loisirs : la patisserie et les pépins de melon...
Date d'inscription : 16/11/2006

MessageSujet: Re: Sur la toile cinématographique...   Mer 19 Sep - 13:34

Sicko,ou l'ironie du pamphlétaire.
Michael Moore aura au moins atteint son objectif:faire pousser des "rhoooooo" et des "ahhhhhhh" indignés de Français bien-pensants,rassurés et bienheureux d'être confortés dans l'idée que "non,vraiment,ces Américains...","ah,vraiment,le système français...,qu'est-ce qu'on vit bien et mieux que les autres et surtout plus longtemps que les Américains..."!
Il aura compris la recette,pour que les Français voient les films américains que les Américains ne voient pas,il faut leur montrer ce qu'il veulent voir,à savoir,que le "célèbre réalisateur"(dixit dans le film)Michael Moore est prêt(vous vous rendez compte?!!!)à aimer les Français,et que le système américain est encore plus pourri que ce qu'on imaginait!
Derrière une apparence de documentaire très vraisemblable,Moore grossit,sélectionne,dissèque,arrange ses informations et nous fait voir et entendre ce qui lui plaît...
Il faut l'admettre,Moore est un bon arrangeur d'images!Mais son oeuvre reste de la fiction documentaire et son film est plus drôle qu'éducatif.Pourquoi ne pas avoir interrogé les Américains contents de leur assurance-santé(il n'en existe sûrement aucun,cela va de soi,puisque Michael le dit...),et pourquoi ne pas avoir comparé avec l'Allemagne,l'Italie,etc?
Pour le bénéfice!!!Non,non,non,son film n'aurait pas été rentable si la petite dame du Michigan n'avait pas pleuré à grands sanglots,et si les Français n'avaient pas vu à quel point il ne faut pas attendre dans les hôpitaux francais pour être soignés,et à quel point l'université est gratuite et bien organisée!En bref,vive la France,les Français et leur anti-américanisme(rentable)!Et merci Michael de nous faire aimer notre pays,parceque sans toi peut-être, n'y aurons-nous pas cru... What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La chapelière folle
khâgneux(se) bavard(e)
avatar

Féminin
Nombre de messages : 756
Age : 31
Localisation : sous mon chapeau !
Emploi : pottermaniac. . .
Loisirs : truelle !
Date d'inscription : 13/11/2006

MessageSujet: Re: Sur la toile cinématographique...   Mer 19 Sep - 13:49

pimousse a écrit:
Il faut l'admettre,Moore est un bon arrangeur d'images!Mais son oeuvre reste de la fiction documentaire et son film est plus drôle qu'éducatif.
c'est vrai que j'ai pas mal rie ^^, je ne sais pas si le must c'était la française dont la plus grande dépense était le poisson ou les americains allant se faire soigner à cuba Laughing . . .
J'ai aussi eu envie de ricanner qu'en moore se demande effaré qui en france paye pour toutes ces dépenses médicales; ben heu. . . c'est à dire que Embarassed on y réflechit là tongue

cela dit je ne suis pas tout à fait d'accord avec toi, je pense que Moore s'adresse d'abord aux americains (même s'il fait moins d'entrées au E.U qu'à l'étranger), c'est pour ça que son reportage nous emeut peu : tout ce montage grand spactacle, la traversée en bateau, les séquences emotions, la fin moralisatrice sur la solidarité etc, c'est un langage qui nous paraît faux et décallé pour un reportage sencé être objectif. mais c'est probablement parce que nous n'avons pas le même rapport à l'information et aux medias que les americains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
><O>
khâgneux(se) bavard(e)
avatar

Féminin
Nombre de messages : 624
Age : 32
Localisation : Dans la piscine municipale
Loisirs : Les longueurs
Date d'inscription : 12/11/2006

MessageSujet: Re: Sur la toile cinématographique...   Mer 19 Sep - 14:47

Personnellement, je n'ai pas attendu de voir que M. Moore idéalisait complètement la France dans Sicko pour mettre en question ses comparaisons avec les autres pays (il y aurait bien longtemps que les Etats-Unis seraient un pays d'émigration massive sinon). Mais même sans ces comparaisons, le film a de a de quoi sidérer par ce qu'il dévoile du système de santé états-unien. Après les films "interdits aux moins de 12 ans", doit-on inventer l'avertissement "attention, ne mettez pas votre esprit critique en veille" ?
Enfin, le but de Moore est d'être incisif en pointant travers et dérives, pas de faire un tableau (pseudo)-objectif de tel ou tel sujet : il dénonce ouvertement plutôt que procéder selon un ordre -que nous connaissons bien- du genre I/ les côtés positifs II/ oui mais attention, il y a des points négatifs III/ moi j'ai la solution miracle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jurky-horka
Eliot Panpan
avatar

Féminin
Nombre de messages : 591
Age : 31
Date d'inscription : 16/11/2006

MessageSujet: Re: Sur la toile cinématographique...   Mer 19 Sep - 19:32

Pimousse,
appelle moi vite le jour où tu trouves un documentaire proposant une reflexion sur les Etats-Unis aujourd'hui fait par un américain, que je puisse voir au cinéma,

m'enfin, d'abord, avant de cracher tes billevesées sur la forme du documentaire de Moore, ne sens-tu pas ton coeur politique, ton âme de citoyenne se soulever quand tu entends ce qui est dit dans ce film ?
Ta reflexion n'est-elle pas d'emblée engrangée, comme une folle qui dévalerait les escaliers? et ton regard sur le monde bouleversé?
J'ai appris beaucoup de choses, c'est pourquoi, je ne regrette pas (loin de là) d'avoir vu ce film.

Je trouve ton jugement sur le documentaire (en général !) très hâtif et même naïf:
depuis quand un documentaire est-il totalement objectif ? Je veux dire: le désir (fort sans doute) de Micheal Moore de MONTRER ces larmes et ces colères (ces manifestations du désespoir) n'est-il pas plus révélateur que CE QUI EST DIT ? Moore est un américain, Moore n'est pas un être neutre sans coeur avec un microscope géant habitant dans les airs, Moore est comme toi, comme moi, (sauf qu'il a des couilles, hein) Moore, de fait, a vécu ou vu ce qu'il filme, en somme a ressenti cette misère, cette horreur, cette cruauté (je n'ai pas besoin de te rappeler les histoires narrées par ces victimes, femmes de victimes, mères de victimes), il est en vie, il veut partager l'horreur qu'il ressent, faire connaître ces faits, histoires, situations sur le système de santé américain, il ébranle ce qui n'est jamais ou rarement (rappelons le quand même) ébranlé aux Etats-Unis, il réveille de plus le monde cinématographique et intellectuel américain, chez qui patriotisme et reflexion se mêlent, au détriment de la réflexion souvent.

Deuxièment, tu parles d'antiaméricanisme. Mais, relis-toi d'abord ! Es-tu à ce point en rogne contre Moore pour ne pas déceler une pointe (grosse grosse) d'ironie? C'est d'ailleurs parce que l'épisode sur la France (qui boit du vin et bisouille ses amantes) est ironique que tu a ri et que Emilie et Chapelière ont ri. C'est cette ironie qu'il faut mettre en question: voilà, qu'est-ce que ça traduit? Moore semble utiliser l'ironie pour mettre à distance une situation amère, "oui oui c'est beau la France, trallala" disent les images : filmer ces images, c'est proposer une sorte de catharsis. Pour déverser son amertume, sa jalousie, sa haine, sa peur. L'ironie ici marque un désespoir. L'impasse du documentariste: que faire? pleurer? agir? non, filmer pour comprendre, pour comprendre à plusieurs...
Parce que aller regarder un documentaire, ce n'est pas aller chercher une vérité toute faite (bien carrée, bien "objective", prémâchée - te souviens-tu cette phrase du député anglais interviewé), c'est aller trouver le terreau d'une réflexion politique.
Ce que j'ai apprécié, donc, c'est qu'avant tout chez Moore, le débat politique qui est ouvert à la fin du documentaire, c'est un débat avant tout solidaire et humain (je veux dire, du coeur) Tu vois, après le film, j'avais cet élan, ce désir de, comme on dit méchamment, "refaire le monde", d'aider, de trouver des solutions politiques.
Mais qu'est-ce que ça veut dire "politique"? ça veut dire engagement du coeur pour l'autre, pour que l'autre, si tu vas bien, ailles aussi bien que toi, pour que, si tu ne vas pas bien, que je fasse en sorte que tu ailles bien. La politique en somme, c'est (sans vouloir faire de raccourci de penser, mais pour vous éclairer sur ma pensée) c'est l'amour citoyen.


Maintenant, je veux réfléchir à ça, à ta réaction, qui semble si forte. Tu as l'air de ne pas vouloir voir, de ne pas vouloir entendre. De contourner le problème en quelque sorte. Parler de "recettes" et de "bénéfices" et non du film, voilà, excuse-moi, le véritable anti-américanisme.
Avouons, je suis très triste d'avoir lu ça. Car, j'attendais une réaction du côté du coeur.
Pourquoi alors, as-tu réagi ainsi?
As-tu eu peur de pleurer avec cette femme du Michigan? As-tu eu peur de partager sa peine? D'être manipulée dans les sentiments?
Je crois que Moore veut dire par là, que c'est ça, le moteur de son film (les larmes, donc le malheur) et que c'est ça qu'il veut éradiquer (du moins, non, diminuer seulement). Et c'est cette hargne contre la misère et le malheur (celle-ci et celui-là, car il y en a tellement d'autres) qu'il a voulu partager avec toi.

Tu as refusé.
Tu as écouté la musique, tu as vu le "montage" (mais oui, sache le, un documentaire se monte aussi, il faut aussi éliminer et choisir les images, les plus saisissantes bien sûr, les plus éloquantes, celles qui PARLENT)
Je crois ,qu'aujourd'hu (et j'en parlais hier avec Théo), nous avons peur de nous engager, d'engager notre coeur, de souffrir même. Et donc politiquement.
Et je crois que lorsque nous serons sorti de cet immobilisme politique (maintenant vous savez ce qu'il singifie pour moi), alors Moore pourra arrêter de faire des documentaires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pimousse
khâgneuse inconsciente
avatar

Féminin
Nombre de messages : 499
Age : 31
Emploi : ministre de l'éducation
Loisirs : la patisserie et les pépins de melon...
Date d'inscription : 16/11/2006

MessageSujet: Re: Sur la toile cinématographique...   Mer 19 Sep - 20:59

AnZofi,j'allais justement revenir sur ma réaction pour la développer afin d'éviter les malentendus qu'elle pouvait provoquer (surtout chez toi qui semble avoir été très touchée par ce film) ,mais tu as été plus rapide que moi.Je vais donc m'expliquer.Mon message,au-delà du cynisme primaire dont il fait preuve,était avant tout,une réaction à intention auto-ludique,pour éviter d'encenser un film qui,je crois,ne mérite pas de l'être et pour contre-carrer ton enthousiasme spontané.Je suis le genre de personne qui à force d'entendre et de voir le blanc,a envie de montrer le noir,et vice-versa.
Je reconnais donc à Michael Moore une vocation de La Bruyère contemporain,et bravo s'il éveille ou réveille les consciences politiques.Ton message précèdent me paraît cependant un peu trop incisif,brutal,hâtif et passionné et me fait croire que tu as passé déjà beaucoup de temps avec Bertrand...Oui,il vaut mieux écouter son coeur plutôt que d'analyser les images d'un film,bien sûr!Le coeur a bon dos et bonne réputation!Je vais donc m'efforcer de répondre à tes attaques car je crois qu'il faut bien que tu comprennes,qu'en effet,mon 1er message était hâtif,mais point naïf,Moore a l'esprit ironique,je l'ai eu caustique pour l'occasion.Mon titre"Sicko ou l'ironie pamphlétaire" te montre bien que je m'étais rendue compte de la portée et de l'engagement qu'impliquait ce film.D'ailleurs,je ne serais pas allée voir ce film si je n'en avais pas eu l'envie,car ayant vu les deux autres,je savais à quoi m'en tenir...Evidemment que je n'attends pas d'un documentaire qu'il soit objectif,d'ailleurs Sicko n'en est pas un et je l'ai dit.Seulement,si tu as vu Farenheit 9/11 ou Le cauchemar de Darwin(d'un autre réalisateur),tu dois admettre qu'il y a beaucoup(trop)de falsification et de séléction dans les infos qu'on nous donne.S'il faut éxagérer la misère du monde(et les Etats-Unis ne sont tout de même pas les plus à plaindre!)pour que les gens y réfléchissent et désirent le "refaire",c'est bien malheureux!Ensuite,si tu n'as pas vu l'ironie qu'il y avait dans mon message,c'est dommage mais je ne t'en tiendrai pas rigueur,par contre il me semble que ta réaction est un peu exagérée,pourquoi toutes ces questions et ces assertions quasi apocalyptiques sans fondement ,du genre: "tu as refusé"?(tu devrais faire de la politique...t'as failli me faire culpabiliser...).Que dois-je faire avec mon coeur de pierre,d'antiaméricaniste notoire et de non-citoyenne?Ciel,me voilà perplexe!Et non,je n'ai pas peur devant un écran de cinéma,je suis souvent très encline à pleurer sur les beaux sentiments et sur l'injustice du monde,et bien sûr,j'ai peur de souffrir mais ce n'est pas ce film-là qui me donnerait cette peur.Sans avoir à rendre de compte,je crois que mon coeur(politique) et mon cerveau sont bien engagés là où je les pense justes et ce n'est pas Sicko qui m'apprendra où les mettre.Merci pour la leçon de civisme mais regardons d'abord autour de nous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jurky-horka
Eliot Panpan
avatar

Féminin
Nombre de messages : 591
Age : 31
Date d'inscription : 16/11/2006

MessageSujet: Re: Sur la toile cinématographique...   Mer 19 Sep - 21:24

Oui,
tu me connais, je te faisais pas la leçon (loin de moi cette idée)
et tu me connais aussi, je m'emporte.
Je savais aussi que tu allais revenir sur tes propos. Je savais aussi que mes propos étaient déplacés. Au sens propre.
Ne vis-tu parfois ce genre de situation:

Julie et Henri parlent de la faune en Arabie Saoudite, Henri n'est pas d'accord avec Julie. Il veut lui dire, construire son propos, il réfléchit puis n'a pas le temps de lui en faire part puisque Julie doit filer pour rejoindre sa mère au stade Jean Boin de Paris.
Henri de son côté, rentre chez lui. Son père fait la sauce de salade et décide de parler de son primeur (qui lui a vendu la salade) et qui est saoudien et qu'il aime bien pour sa façon de parler, un peu décousue, saccadée. Henri, qui n'en pouvait plus de hurler ce qu'il n'avait pas eu le temps de dire à Julie peu avant, s'empare du saladier, le met sur la tête de son père et crie tout son désespoir au sujet de la faune d'Arabie Saoudite.

Je suis en quelque sorte Henri.
Il s'ouvre parfois des brèches dans lesquelles on s'engouffre trop vite pour pouvoir peser le vent.
Tu me connais, je n'ai pu peser le vent.
Mais je te connais, tu ne l'aurais pas fait non plus.
Comme ça, nous avons pu voler un peu, pas très haut, mais juste assez pour regarder passer les oiseaux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
><O>
khâgneux(se) bavard(e)
avatar

Féminin
Nombre de messages : 624
Age : 32
Localisation : Dans la piscine municipale
Loisirs : Les longueurs
Date d'inscription : 12/11/2006

MessageSujet: Re: Sur la toile cinématographique...   Jeu 20 Sep - 8:40

[color=darkred]
Pimousse a écrit:
[color:eebf=#000000:eebf]S'il faut éxagérer la misère du monde(et les Etats-Unis ne sont tout de même pas les plus à plaindre!)pour que les gens y réfléchissent et désirent le "refaire",c'est bien malheureux!


Cela voudrait-il dire que seules certaines sociétés, certaines personnes, mériteraient que l'on considère leurs problèmes parce qu'ils sont dans la m**** jusqu'au cou ? Que ceux qui ont la chance de se trouver dans un contexte plus favorable (où à l'image plus favorable) ne méritent pas qu'on considère les leurs ? A mes yeux, un réalisateur de documentaires qui ne se consacrerait qu'au premier genre verserait dans le tape-à-l'oeil, le choc facile et garanti.
Au passage, c'est peut-être justement parce que les Etats-Unis "ne sont tout de même pas les plus à plaindre" à nos yeux qu'il est nécessaire de grossir les faits pour que nous les ouvrions (nos yeux). Ca peut donner à certains le désir de refaire le monde, en révolter d'autres, en désespérer d'autres encore, mais dans tous les cas ça fait réfléchir, ça permet de savoir, et c'est déjà pas mal.
D'ailleurs, quand on y pense, si on considère les faits en eux-mêmes, sans penser à tout ce qui est montage, il y a dans le film en question, de quoi faire déjà pas mal réfléchir. Et quand j'y repense, comme ça, aux faits plus qu'aux effets de style, et ben là, franchement, je ne ris plus du tout. Le coup du miel pour avaler l'absynthe en quelque sorte. Un rapport chiffré, dactylographié, imprimé en noir sur papier blanc A4 de l'OMS ferait tout autant réfléchir, mais je doute fort qu'il aurait une portée comparable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jurky-horka
Eliot Panpan
avatar

Féminin
Nombre de messages : 591
Age : 31
Date d'inscription : 16/11/2006

MessageSujet: Re: Sur la toile cinématographique...   Jeu 20 Sep - 11:08

Merci, c'est aussi mon avis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pimousse
khâgneuse inconsciente
avatar

Féminin
Nombre de messages : 499
Age : 31
Emploi : ministre de l'éducation
Loisirs : la patisserie et les pépins de melon...
Date d'inscription : 16/11/2006

MessageSujet: Re: Sur la toile cinématographique...   Jeu 20 Sep - 13:17

Mais qui est naïf???Vous vous emballez pour pas grand chose...L'unique idée que je voulais vous faire comprendre dans mon premier message ironique était que Sicko(et tous les films de M.Moore)sont TRES exagérés et qu'il ne faut pas tomber tout de suite dans le pathos en écoutant son coeur plutôt qu'en faisant marcher sa tête.Je ne vais pas me répéter,donc si vous avez encore des doutes sur mon civisme voire mon humanisme,relisez attentivement mes messages et vous n'y verrez à aucun moment que je considère Moore comme un "être neutre sans coeur,etc.",ni que les Etats-Unis ne méritent pas notre attention sous prétexte qu'ils sont moins à plaindre que le Tiers-Monde.Bien entendu,il est heureux qu'il existe des réalisateurs ambitieux pour révéler aux spectateurs ce qui est méconnu,mais il est regrettable de devoir le faire d'une manière si caricaturale(ex:Bush est très très très vilain!ou le système de santé américain n'est motivé que par le profit),c'est cette caricature que j'ai voulu mettre en lumière en la parodiant,rien de plus.Ensuite,ma dernière phrase:"regardons d'abord autour de nous",te montre bien,Emilie,que nos regards ne doivent pas toujours se porter sur le malheur de ceux dont on parle le plus,mais aussi sur ceux qui ont "la chance de vivre dans un contexte plus favorable",comme les Américains du film par exemple.Ce sur quoi je voulais attirer votre attention avec ma dernière phrase,c'est que justement il faut,je le pense,pour être efficaces dans son "amour citoyen",(comme définit si bien la politique,Anzofi),commencer par regarder dans notre immeuble,dans notre rue,dans notre métro,le malheur de ceux qui nous entourent et ne pas attendre qu'un film soit fait sur eux pour ouvrir les yeux!
Il me semble,que tout compte fait,beaucoup de nos idées convergent,seulement,on les a exprimées de façon différente.En tout cas,je crois que l'objectif est atteint:ce film nous aura fait réfléchir ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
><O>
khâgneux(se) bavard(e)
avatar

Féminin
Nombre de messages : 624
Age : 32
Localisation : Dans la piscine municipale
Loisirs : Les longueurs
Date d'inscription : 12/11/2006

MessageSujet: Re: Sur la toile cinématographique...   Jeu 20 Sep - 14:35

Pour Moore comme pour beaucoup d'Américains, ce film parle de ce qui se passe "dans [leur] immeuble, dans [leur] rue".
La caricature, c'est vrai que c'est un point délicat,sur lequel il y a matinère à discuter (cf. plus près de chez nous, la question des Guignols de l'info), à tel point que le topic risquerait d'être vite encombré (histoire de ne pas trop en retartiner, je renvoie à mon post de la page précédente, après les avertissements "interdit aux moins de 12ans, les "attention, ne mettez pas votre esprit critique en veille" ?).
Enfin de compte nous sommes d'accord : "Sicko(et tous les films de M.Moore)sont TRES exagérés et qu'il ne faut pas tomber tout de suite dans le pathos en écoutant son coeur plutôt qu'en faisant marcher sa tête."
Mais on ne réagit pas pareil à cette observation. On ouvre un topic "Débats à l'amiable" ? Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jurky-horka
Eliot Panpan
avatar

Féminin
Nombre de messages : 591
Age : 31
Date d'inscription : 16/11/2006

MessageSujet: Re: Sur la toile cinématographique...   Jeu 20 Sep - 17:42

pimousse a écrit:
il faut,je le pense,pour être efficaces dans son "amour citoyen",(comme définit si bien la politique,Anzofi),commencer par regarder dans notre immeuble,dans notre rue,dans notre métro,le malheur de ceux qui nous entourent et ne pas attendre qu'un film soit fait sur eux pour ouvrir les yeux!

Il y a tellement d'aveugles devant ces situations que je m'exaspère de voir ces mêmes aveugles au cinéma !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
°o.OTancrediO.o°
Meilleure posteuse!
Meilleure posteuse!
avatar

Féminin
Nombre de messages : 840
Age : 31
Localisation : L'infirmerie
Emploi : Ministre de la Santé
Date d'inscription : 01/12/2006

MessageSujet: Re: Sur la toile cinématographique...   Jeu 20 Sep - 20:47

J'arrive en pleine polémique!

Je n'ai pas encore vu le documentaire, j'y vais très très bientôt genre demain.

En ce qui concerne vos débats sur les artifices du montage ou les traits trop caricaturaux...l'effet tape-à-l'oeil ou tape-au-coeur, pour reprendre le mot d'Anne Sophie, n'est-il pas un moyen de s'assurer qu'il restera quelque chose du film dans l'esprit du spectateur après la séance? Si le film n'était pas assez agressif peut-être que l'oeil du spectateur se refermerait trop vite après l'avoir vu. Alors que le fait d'y aller un peu trop fort laisse davantage de traces. Et le spectateur ne peut que repenser au film, seulement il le fait hors de la salle et donc avec du recul. Ce qui lui permet de mieux y réflechir . Comme si le choc des images était un aide-mémoire. Des idées y ressortent fortement, s'imprègnent dans la mémoire du spectateur qui y repense retrospectivement.

bon je parle un peu pour ne rien dire.Mieux vaut se taire et aller voir le film.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jurky-horka
Eliot Panpan
avatar

Féminin
Nombre de messages : 591
Age : 31
Date d'inscription : 16/11/2006

MessageSujet: Re: Sur la toile cinématographique...   Jeu 20 Sep - 21:25

°o.OTancrediO.o° a écrit:
aller voir le film.

Oui, oui ! Sage résolution !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sur la toile cinématographique...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sur la toile cinématographique...
Revenir en haut 
Page 6 sur 13Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 5, 6, 7 ... 11, 12, 13  Suivant
 Sujets similaires
-
» Etude de l'adaptation cinématographique de Des Souris et des hommes.
» croquis des différents plans cinématographiques
» Les Misérables, roman et film : quelle est la meilleure adaptation au cinéma ?
» Brillat-Savarin, Physiologie du goüt, explication d'un extrait. Exploiter une oeuvre littéraire et cinématographique en cours de Philo : Le Festin de Babette
» Le chasseur (2011), une production cinématographique tirée du livre the hunter

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de la Khâgne Ulm de Lakanal (2006-2007) :: garrulités-
Sauter vers: